Archives de Catégorie: contenu

Graphword pour visualiser les relations entre les mots en anglais

Voici un excellent petit outil pour visualiser les relations qu’entretiennent les mots anglais entre eux.

Voici un exemple avec le mot « difference »

Ce que ne montre pas cette image, c’est que, en passant avec la souris sur les noeuds non nommés, apparaît le contexte de la branche.

Ainsi pour la branche qui conduit à « remainder », on trouve comme note d’application :

En cliquant sur « remainder », on va obtenir la carte de ce mot

Publicités

Visualisation graphique

Partagé par Lucas Gruez sur son scoop-it, voici des vidéos sur comment construire graphiquement une information. Il est bien évident que nous avons à faire, ici, à des professionnels du graphisme, mais les vidéos donnent des renseignements intéressants sur la manière de construire l’image par exemple.
Vodpod videos no longer available.

Représenter, visualiser : balade incomplète dans l’univers de la carte

Ce diaporama répond à deux intentions : être un outil de formation pour présenter la carte heuristique dans l’univers des représentations cartographiques et être un outil d’apprentissage qui permet au formateur de formaliser des connaissances éparses sur ce sujet.
Dans les deux cas c’est un work in progress qui doit inviter à aller plus loin.
C’est un travail très parcellaire qui demande à être amélioré et mieux intégrén avec notamment avec le très riche travail de Christophe Tricot.
La dernière partie s’appuie sur le travail de Xavier Delengaigne sans reprendre l’organisation de son e-book qui est tout à fait pertinente. Il s’agit ici de privilégier la forme des visualisations et non les usages possibles, ce qui donne un aspect collage.
Enfin, c’est un diaporama très light en commentaire et qui va demander l’oral pour être pleinement compréhensible.
A la fin, il y a une carte des cartes avec les liens vers les pages web d’où sont tirées la plupart des images.

Représenter la réalité : la carte sensible

Impressionnant travail de Elise Olmedo sur la représentation de l’espace d’une femme marocaine. La vidéo vaut autant par la réalité représentée que par le choix de la géographe de représenter cette réalité par une carte sensible, faite avec du tissu. La vidéo retrace tout le travail de réalisation de cette carte, entre réalité et représentation, et les choix opérés dans les matières, les couleurs, les formes pour approcher au plus près cette réalité.

Vodpod videos no longer available.

Voici la conclusion de l’auteur :

« Cette carte est une opération de mapping de données qualitatives qui nous permet d’analyser le rapport des individus aux monde. Elle décrit plastiquement et graphiquement la valeur affective que les femmes accordent au lieu. C’est donc un vecteur de pensée pour le chercheur, un véritable cadre d’analyse, et également un vecteur de communication de cette pensée. »

A noter l’article, Cartographie sensible, émotions et imaginaire, qui travaille sur les aspects théoriques d’une carte sensible et dont voici un élément de la conclusion :

La « carte sensible » est une synthèse complexe, multidimensionnelle : Elle évoque l’habitat, le quartier, le paysage urbain, les perceptions. Elle emprunte à la géographie du genre ou à la géographie sociale. Elle utilise en symbiose les méthodes de la géographie, de l’anthropologie, de la sociologie et de l’art.

Cartes de connaissances en médecine

Enchainement de carte de connaissances dans le domaine de la médecine. A noter l’aspect graphique de ces cartes qui reste très épuré.
Vodpod videos no longer available.

L’arbre des sciences

La représentation cartographique sous forme d’arborescence est ancienne, en témoigne la carte des sciences de Raymond Lulle (fin 13e siècle) tel qu’elle apparaît sur le site de la BNF consacré à tous les savoirs du monde

Cette image a été popularisée sur le web pour exprimer l’idée que ce mode de représentation est ancien. Dans cette exposition sur tous les savoirs du monde, il en est une autre, moins lisible, qui est « le tableaux accomplis de tous les arts libéraux » de Christophe de Savigny.

Ce qui est intéressant à noter, c’est l’emploi du terme de géographie pour qualifier une carte qui n’est pas topographique mais sémantique. La vision de l’information comme pouvant être représenté comme un espace est donc présente dès cette époque.

A noter aussi la visée exhaustive de cette carte. L’élément central est la carte du monde. Par cette image, l’auteur tient un discours sur ses intentions. En même temps, il met à jour des éléments de contexte.

Pour en savoir plus, le site de la thèse de Christophe Tricot

Prezi et les cartes mentales

Prezi est un service en ligne qui permet de faire des présentations très agréables au regard et qui reprennent le principe des mindmaps. Là où un diaporama va développer séquentiellement une présentation, un scénario ou tout autre produit séquentiel, Prezi permet d’utiliser la fonction zoom présente (macro/meso/micro) dans les mindmaps et donc de développer à la fois un discours séquentiel porté par les noeuds de premier niveaux et un discours arborescent, du général au spécifique.

Dans ce mindmap, nous découvrons comment construire une carte mentale. Il est l’oeuvre de Marion Charreau et de Frédéric Le Bihan de l’EFH

mindmapping chez tectoc, part2

Vodpod videos no longer available.

Une vidéo basique sur le mindmapping chez Tecdoc

Une présentation vidéo accessible sur le mindmapping. cela reste une présentation fonctionnelle assez basique pour vulgariser le concept.
Vodpod videos no longer available.

Proposer des répertoires de ressources

Un des grands classiques de la carte mentale est de pouvoir présenter des ressources classées, non linéairement. C’est sur cette logique que s’est construit pearltrees et c’est avec cet outil que j’ai travaillé la sitographie de cette formation déjà présentée.

Voici une autre carte, faite grâce au service en ligne mindomo sur les ressources pour l’enseignement.

 
http://www.mindomo.com/mindmap/ressources-mindmapping-enseignement-1731c04a923343d6beb011399297c4e4