la carte de données : un exemple ancien sur les campagnes napoléoniennes

La carte permet de représenter des données et d’en proposer ainsi une meilleure visualisation. Elle s’appuie aujourd’hui sur des données numériques. Mais la représentation cartographique n’a pas attendu Internet pour exister comme en témoigne cette carte figurative des pertes en hommes pendant la campagne de Russie.

La carte est tracée à la main et le soucis de son auteur est de croiser les données pour faire dire à la carte plus que les simples données accumulées et montrer les vertu de la mise en relation de données.

On suit le mouvement de l’envahisseur, de la gauche vers la droite, le sens de lecture classique, les pertes relativement faibles mais quotidiennes dues aux combats et aux escarmouches (en saumon) et ensuite la débacle (en noir) de la droite vers la gauche. En parallèle, la courbe des températures qui accompagne la débâcle.

Cette carte est un discours visuel, qui à partir de données statistiques, dit, mieux qu’un long discours l’essentiel de cette campagne.

A accompagner par une chronologie détaillée et un récit des batailles et probablement aussi par ce qu’en dit Tolstoï dans Guerre et Paix. La rencontre de ces deux récits, l’un en une image et l’autre en plus de 1000 pages pourrait être féconde en signification.

Pour l’image cc wikipedia

Cette image a fait l’objet d’autres publications et commentaires. Voir les références via tineyes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s