Archives mensuelles : août 2011

L’image est un marqueur

Dans un précédent article, nous avons évoqué l‘art de la mémoire et les loci comme ancêtre de la carte mentale. Le chemin est un des aspects des loci. Un autre, aussi important est l’importance accordée aux marqueurs et principalement aux images qui marquent.

Les caractéristiques des images mentales utilisées sont capitales. Elles doivent être inhabituelles et frappantes, et il est préférable qu’elles aient une valeur émotionnelle. Des images humoristiques, obscènes ou sacrilèges étaient souvent utilisées, l’objectif étant de créer un tableau particulièrement mémorable. cc wikipedia

Une carte mentale doit marquer la mémoire. Celle de son producteur comme celle de ses lecteurs. D’où l’emploi important des images qui marquent.Ces images sont aussi le dessin du mots clés employés pour un noeud et vise à renforcer le message du mot clés,

Mais elles peuvent aussi appartenir à un code symbolique collectif. En premier lieu bien sur les écritures (comme les hiéroglyphes) et les différents alphabets et numération. On pense aussi aux flèches et indicateurs divers au premier chef : les panneaux de signalisation routière pour indiquer  les dangers ou les limitations. Qui par exemple n’a pas utiliser le triangle encadrant un point d’exclamation pour indiquer une symbolique d’attention forte.

D’autres codes plus ludiques sont exploitables comme les smileys et les émoticônes

Ils peuvent faire appel à l’imaginaire enfantin qui est le plus profondément inscrit en chacun comme l’usage des lego ou des playmobil.

D’autres codes symboliques existent et sont exploitables pour une carte mentale.

Dans cette carte mentale, produite par l’EBSI de Montréal pour travailler sur comment fabriquer une carte mentale, on voit au centre, renforçant la phrase concept, l’image partagée d’un cerveau humain (IRM?) qui inscrit donc cette construction dans le domaine de l’intellect mais aussi qui réfère à l’une des qualités de la carte mentale, faire travailler les deux hémisphères cervicaux. Cette image promeut donc aussi un discours militant implicite.

On voit également, pour illustrer une partie des noeuds l’emplois d’images qui sont autant d’étapes de la réalisation de la carte.

On voit aussi l’utilisation de symbole comme la main, les fichiers, les trombones etc.

Ce site propose une galerie de cartes mentales pour travailler sur la recherche d’information dont nous pourrons nous servir lors de la formation.

Publicités

La carte de tendre et les chemins qui le balise

La carte mentale est inscrite dans notre mémoire collective même s’il n’y a que quelques années qu’elle émerge en tant que pratique construite et autonome. La carte mentale a à voir avec l’idée de chemin, de parcours, qui lui même renvoie à l’idée de cheminement séquentiel (des étapes obligatoires dans l’ordre indiqué) et finalement à l’idée d’histoire que l’on raconte. Finalement, une carte doit raconter une histoire ou proposer les éléments permettant à chacun de raconter sa propre histoire.

Cette idée de chemin, on la retrouve dans la carte de Tendre (17e siècle).

La Carte de Tendre est la carte d’un pays imaginaire appelé « Tendre » imaginé au XVIIe siècle et inspiré par Clélie, Histoire romaine de Madeleine de Scudéry, par différentes personnalités dont Catherine de Rambouillet. On retrouve tracées, sous forme de villages et de chemins, dans cette « représentation topographique et allégorique », les différentes étapes de la vie amoureuse selon les Précieuses de l’époque. cc wikipedia

Tendre est le nom du pays ainsi que de ses trois villes capitales. Tendre a un fleuve, Inclination, rejoint à son embouchure par deux rivières, Estime et Reconnaissance. Les trois villes de Tendre, Tendre-sur-Inclination, Tendre-sur-Estime et Tendre-sur-Reconnaissance sont situées sur ces trois cours d’eau différents. Pour aller de Nouvelle-Amitié à Tendre-sur-Estime, il faut passer par le lieu de Grand-Esprit auquel succèdent les agréables villages de Jolis-vers, Billet-galant et Billet-doux. Dans cette sorte de géographie amoureuse, le fleuve Inclination coule tranquillement car il est domestiqué tandis que la Mer est dangereuse car elle représente les passions. La seule Passion positive est celle qui est la source de nobles sentiments que l’homme peut éprouver. Le lac d’Indifférence représente l’ennui. cc wikipedia

La carte de Tendre emprunte bien sûr à l’idée de carte, ces chemins que l’homme a créé pour relier deux points, souvent devenues des villes et qui vont permettre de faire des circuits (ensemble de points préalables au voyage et défini par un organisateur) ou des trajets (ensemble de points définis par un individu en fonction de ses besoins).

Tour de France 2011

Cette idée de chemin, on va la retrouver dans nos modernes plans d’accès comme par exemple ce plan d’un parc d’attraction. Les noeuds (attractions) sont balisées dans un parcours que le participant va choisir au grès de ses envies en construisant son propre parcours d’activités.

La carte de Tendre renvoie aussi à l’idée de trajet, l’ensemble des points à traverser pour arriver d’un point à un autre, qui lui même va renvoyer à l’idée de cheminement, l’ensemble des étapes nécessaire à un humain pour passer d’un point de réflexion à un autre point de réflexion.

On retrouve cette idée de cheminement dans la mnemotechnique ancienne des loci.

L’Art de mémoire (Ars memoriae), appelé aussi méthode des loci ou méthode des lieux, est une méthode mnémotechnique pratiquée depuis l’antiquité. Elle sert principalement à mémoriser de longues listes d’éléments ordonnés. Elle est basée sur le souvenir de lieux déjà bien connus, auxquels on associe par divers moyens les éléments nouveaux que l’on souhaite mémoriser.

Cet art fut enseigné pendant des siècles dans les universités, comme constituant une partie de la rhétorique et de la dialectique. Il permettait à un orateur de mémoriser rapidement un sermon ou un discours. cc wikipedia

C’est là un des aspects essentiels des cartes mentales, proposer un chemin qui soit la mise en forme d’un cheminement de pensée, le sien au moment où on fait la carte. Il y a dans cet objet l’idée de mémoire au sens d’archive mais aussi l’idée de garder en mémoire ou de mettre en mémoire pour se souvenir

Pour aller plus loin sur la Carte de Tendre.

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_de_Tendre

http://www.cetec-info.org/JLMichel/Tendre.Recherche.html

http://lettres.ac-rouen.fr/francais/tendre/debut.html

Dessiner gribouiller

L’un des arguments en faveur du mindmapping est le renforcement mutuel entre l’image et le texte qui font appel chacun à l’un des hémisphères cervicaux. Parlez de texte pour le mindmapping, c’est parler de mots clés. Les idées, thèmes, concepts s’exprime sous cette forme.

Quant à l’image, il s’agit souvent d’une icone ou un symbole mais qui peut aussi être une image plus élaborée. Elle donne alors le contexte des mots clés et vise à éliminer les phénomènes de polysémie ; renforce la signification des mots clés ; ou donne des informations supplémentaires.

Il est une autre raison que l’on rencontre dans cette association de ces deux formes. On la retrouve notamment  dans le phénomène du gribouillage qui illustre nombre de prise de notes. Gribouiller permet de fixer son attention comme une étude de 2009 semble le suggérer.

Mais gribouiller permet aussi d’extraire de sa pensée les images qui y sont. En un sens c’est une aide à la formalisation des idées.

Petite comptine proposée par Martin Lessard

ce que je sais sera toujours > à ce que je peux dire
ce que je peux dire sera toujours > à ce que je peux écrire
ce que je peux écrire sera toujours > à ce que l’autre peut lire
ce que l’autre peut lire sera toujours > à ce que l’autre peut retenir
ce que l’autre peut retenir sera toujours > à ce que l’autre peut dire

Donner une image de sa pensée, plutôt que des mots visent donc à expliciter ce qu’un individu ou un groupe pense de manière tacite. Nous sommes ici dans une logique de knowledge management. Voici une réponse proposée par les écrivains célèbres pour formaliser le texte l’idée ou le récit qui est visible dans l’exposition virtuelle de la BNF sur les brouillons d’écrivains

Brouillon de Georges Perec

Brouillon de Paul Valéry

L’ensemble de la page, textes et images devient alors un tout autonome, une image qui s’imprime dans la mémoire du spectateur comme elle a du s’imprimer dans celle de son auteur. C’est devenu un élément de connaissances issu des connaissances de leur auteur. Un état intermédiaire à la production du texte.

On retrouve cette expression de l’idée sous forme de textes et d’images chez le plus célèbre des inventeurs :

Nous ne sommes pas loin de l’idée du carnet de brouillon ou du carnet de notes dans lequel l’image est une ébauche d’externalisation de connaissances en même temps qu’un premier jet. Nous ne sommes pas loin également de l’idée de dessin technique ou l’image devient le centre de la page et les mots clés sont devenu des illustrations de cette image. Nous assistons alors à un renversement du rapport entre textes et images au profit du second.

Les bénéfices des cartes mentales

Philippe Boukobza, l’auteur du blog Heuristiquement et l’un des spécialistes du mindmapping en France revient dans un article de mai 2011 sur les bénéfices du mindmapping pour l’apprentissage. Il conclue :

les cartes mentales améliorent principalement deux domaines : les capacités cognitives et les compétences sociales. Entre las capacités cognitives améliorées par l’usage des cartes mentales, les auteurs soulignent la compréhension, l’organisation de l’information et la capacité de réflexion.
Sur le plan des compétences sociales, l’étude souligne l’impact positif sur l’éstime de soi, ainsi que la socialisation des connaissance, la construction d’une représentation structurée et partagée des savoirs.

Les cartes mentales de Philippe Boukobza accessible sur Flickr

Les deux hémisphères cervicaux et le mindmapping

La plupart des auteurs qui s’intéressent au mindmapping explique l’intérêt de cette démarche par la théorie des deux hémisphères du cerveau. elle est bien expliqué par Pierre Mongin et Xavier Delenlaigle dans leur livre « organisez votre vie grace au mindmapping« .

Notre cerveau est composé de deux hémisphères qui ont chacun des rôles différents. L’hémisphère gauche est plutôt centré sur l’analyse, la logique, l’écriture abstraite, le calcul etc. alors que l’hémisphère droit est le siège de la créativité, de l’imagination, de l’image etc.

Page 9 de leur livre, ces deux auteurs proposent une carte mentale qui assigne à chaque hémisphère des fonctions différentes en lien avec la logique (gauche) ou la création (droit).

Ils ajoutent : « chez 90% des humains, l’hémisphère gauche est plus développé que l’hémisphère droit. C’est l’hémisphère dominant ». Il font alors une analogie entre les droitiers et les gauchers ainsi qu’entre les hommes et les femmes pour terminer sur le système éducatif qui favorise largement le gauche.

Voici deux autres images glânées au grè d’une recherche d’images permettant de voir les différences entre les deux hémisphères. Les sources très éloignées de ces deux images permettent également de voir la malléabilité de cette théorie.

Bien sûr des liens/passerelles/échanges existent entre les deux hémisphères sinon nous serions doubles. Il s’agit du corps calleux. Pour plus de réponses sur le fonctionnement du cerveau, consulter ce site entièrement dédié à cet organe.

L’intérêt du mindmapping serait alors de rééquilibrer l’usage de nos deux hémisphères, d’avoir un fonctionnement beaucoup plus harmonieux et probablement plus efficace.